Catégories
Journées d'études

Journée d’étude : “Autour de la topophilie. Penser les formes de l’attachement aux lieux”

26 avril 2024, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Programme :

9h : Accueil et introduction

9h30-10h : ouverture de la journée avec Martin Paquot & Raphael Pauschitz (revue Topophile – l’ami·e des lieux, la revue des espaces heureux), « L’amitié des lieux »

I – Mobilisations collectives et liens d’attachements

10h-10h30 : Léa Sébastien (Université Toulouse II, CNRS GEODE) : “L’attachement au lieu et ses transformations dans la mobilisation”

10h30-11h : Charif Elalaoui (Sciences Po Strasbourg) : “L’environnement des classes populaires en mouvement. Une entrée par l’espace vécu des Gilets jaunes”

II – Ancrage et production des lieux

11h30-12h : Marguerite Teulade (CEMS, EHESS ; IFEA) : “Entre contestation et attachement : dynamiques locales et liens intimes à l’environnement dans les villages autour du nouvel aéroport d’Istanbul”

12h-12h30 : Jacques Yomb (Laboratoire de la Société et des Sciences de l’Homme, Université de Douala-Cameroun) : “Le festival ELOG MPOO dans la ville d’EDEA au Cameroun : De l’urbanisation anarchique à la reconnaissance d’un espace public dédié dans un terroir”

III – L’attachement au lieu habité, approches multiscalaires

14h-14h30 : Adele Geja (Università degli Studi di Torino), “Vie urbaine et attachement patrimonial au Moyen Âge : les réseaux entre lieux et personnes dans la ville d’Asit (Xe-XIVe siècles)”

14h30-15h : Fabrice Langrognet (Université d’Oxford ; Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, Paris I) : “Topophilie, topophobie et topoplasie à la Plaine Saint-Denis entre 1880 et 1930”

15h-15h30 : Sarah Lenfant (IRIS, EHESS), “L’attachement des jeunes à leur quartier en milieu populaire comme révélateur des socialisations juvéniles différenciées”

IV – Tensions et construction de l’ancrage au lieu

16h-16h30 : Louka Herse (Passages, Université de Bordeaux-Montaigne) : “Quand les formes d’attachements aux lieux de la ville posent problème. En quête de lieux de séjours qui permettraient aux personnes sans domicile de “rompre” avec la ville habitée”

16h30-17h : Vincent Lemire (ACP, UGE), Pierre Savy (ACP, UGE) : “Historiciser la topolâtrie : la construction de l’attachement aux lieux saints dans l’histoire juive”

**

Université Gustave Eiffel, Cité Descartes, Bois de l’Étang, aile C, Salle C.06
5 Rue Galilée, 77454 Champs-sur-Marne.

La journée pourra être suivie via Zoom.

Catégories
Appels à communications

Autour de la topophilie : penser les formes de l’attachement aux lieux

Journée d’étude des doctorant·es d’ACP – 26 avril 2024, Campus Descartes

Le bar-restaurant de Jean Delbecco à l’enseigne “Chez marraine”, Menton, années 1960 (image extraite d’un film 8mm)

« Les lieux […] forment la trame élémentaire de l’espace. Ils constituent sur une surface réduite et autour d’un petit nombre de personnes les combinaisons les plus simples, les plus banales, mais aussi peut-être les plus fondamentales des structures de l’espace : le champ, le chemin, la rue, l’atelier, la maison, la place, le carrefour… Comme le dit fort bien le mot, par les lieux, les hommes et les choses se localisent. » (Frémont, 1976, p.149-150). Comme l’affirme Armand Frémont, les lieux constituent un vecteur essentiel d’ancrage dans le monde. Au-delà d’un espace délimité formellement, administrativement, le lieu est une formation culturelle composée de divers objets, auxquels sont rattachés un récit, un narratif, qui lui donne du sens (Ruan et Hobgen, 2007). Les individus entretiennent en effet des formes d’attachement et des rapports spécifiques à ces portions d’espace à l’étendue limitée, souvent envisagées dans une logique de proximité. Dans l’espace urbain on relie cette portion au quartier « le domaine dans lequel le rapport espace / temps est le plus favorable pour un usager qui s’y déplace à pied depuis son habitat » (Mayol, De Certeau, 2006). Ces espaces d’interconnaissance correspondent aussi à des cadres d’actions et de représentations individuelles et collectives.

S’il n’existe pas de concept précis en français pour qualifier le rapport singulier et sensible aux lieux, le néologisme anglais de « topophilia », forgé par le géographe sino-américain Yi-Fu Tuan, renvoie à « tous les liens affectifs des êtres humains avec l’environnement matériel. Ces derniers diffèrent beaucoup en intensité, subtilité, et mode d’expression » (Tuan, 1974, p.93) et peuvent correspondre à un spectre d’attitudes variées (peur, rejet, attraction, fascination…). 

Les évolutions à l’œuvre au cœur de la mondialisation et de l’accroissement des échanges de biens, de personnes et d’informations semblent pourtant remettre en question la possibilité d’un attachement à cette structure élémentaire de l’espace physique et social qu’est le lieu, consacrant des réalités en tous points opposées que Marc Augé qualifie d’ailleurs de « non-lieux ». En lien avec les préoccupations environnementales, on constate parallèlement une revalorisation du territoire et du local, qui devient gage de qualité dans les pratiques de consommation, ainsi qu’un moyen de distinction et de valorisation sociales. Ces éléments conduisent à repenser l’équilibre entre l’espace anthropique, urbanisé, et l’environnement entendu dans sa dimension écologique.

De par leurs objets et méthodes, les sciences humaines et sociales se sont intéressées aux lieux : on peut penser aux lieux de mémoire (Nora, 1984-1992) qui explorent les dynamiques collectives de construction sociale de la mémoire. Ou encore aux études géographiques et sociologiques consacrées aux mutations des espaces habités – du logement, à la ville – durant la seconde moitié du XXème siècle (Lefebvre, 1968 ; Chombart de Lauwe, 1970), sans omettre l’analyse des « effets de lieu » induits par la position des individus dans l’espace social et physique par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1993). Puisqu’elles ne peuvent faire l’impasse sur la délimitation d’un périmètre d’étude, c’est-à-dire d’un cadre géographique et historique, les sciences humaines et sociales sont constamment travaillées par des débats épistémologiques portant sur les échelles d’analyse (Lepetit, 1993). Tandis que certains travaux privilégient l’observation d’unités spatiales réduites en opposition aux grandes monographies nationales, d’autres explorent l’articulation des échelles locale et globale (Ghobrial, 2020), élargissant encore davantage les manières d’envisager les lieux. Malgré cela, la question de l’attachement au lieu demeure un objet difficile à appréhender dans les sciences humaines et sociales. Du fait de sa dimension émotionnelle et donc phénoménologique et psychologique, il a plutôt été étudié en littérature et en philosophie (De Certeau ; Merleau-Ponty). De récentes études replacent toutefois les rapports affectifs au cœur de l’analyse, à l’instar des travaux de Léa Sébastien (2016 ; 2022). 

Dès lors, le but de cette journée est d’étudier les rapports émotionnels complexes et ambivalents aux lieux entretenus par les usager·es dans les environnements urbains, compris au sens large comme l’environnement construit, urbanisé, qui façonne les villes – en ce sens, les espaces ruraux et « naturels » ne retiendront pas notre attention. Comment les lieux sont-ils vécus, habités et affectés par les individus et les groupes ? Quelle est l’origine de l’attachement ? Pourquoi et comment est-il suscité ? Ceci amène à saisir les représentations de l’espace, leurs variations dans le temps et leurs dynamiques multiples. Alors que l’on observe des tensions entre le monde connecté et globalisé d’un côté et la valorisation de l’échelle locale et l’urgence climatique de l’autre, comment l’attachement aux lieux émerge-t-il dans les contradictions qui traversent nos sociétés ? La journée s’inscrira dans une perspective interdisciplinaire et exploratoire, visant à mesurer les apports et les limites éventuelles de l’étude de l’attachement au lieu.

AXE 1 : Quelles attaches ? Documents et méthodes pour étudier la construction de l’attachement au lieu

La pratique quotidienne d’un lieu constitue un vecteur important d’attachement à l’ensemble des endroits formant le cadre de vie ou l’« espace vécu » (Frémont,1976). De la maison aux lieux de travail, de pratiques récréatives et de loisirs (à l’image des lieux sportifs comme les stades, les gymnases ou les piscines ; ou encore des jardins urbains, partagés ou non), religieuses, associatives, les individus parcourent et habitent quantité de lieux où se forgent des rapports de voisinage et des liens sociaux qui contribuent à ancrer les personnes dans un territoire (Besse, 2013 ; Canepari, Crisci, 2019 ; Ago, 2021).

La relation affective au lieu n’implique pas nécessairement un ancrage de longue durée, c’est plutôt l’expérience de la familiarité (Tuan 1977 ; Caro 2019) qui semble être un des vecteurs d’attachement – ce qui pose la question des rapports affectifs que les personnes étrangères à la ville, de passage ou récemment installées peuvent entretenir avec les lieux urbains (Bottin, Calabi, 1999 ; Canepari, Regnard, 2018). Quelles formes d’ancrage développent-elles, par exemple dans un immeuble d’habitation (Langrognet, 2023) ? Plus largement, quels types d’attachement sont noués aux lieux fréquentés de manière ponctuelle (en voyage ; en pèlerinage) ou fractionnée (Gardella, 2016) ? Il s’agit en d’autres termes d’associer l’étude des rapports affectifs au lieux à celle des mobilités et à la manière dont ces dernières reconfigurent et produisent de nouvelles formes urbaines.

Les lieux étant façonnés par les rapports réciproques entre l’espace physique et l’espace social (Lefebvre, 1974 ; Bourdieu, 1993 ; Caro, 2019), il est nécessaire de forger des outils méthodologiques adéquats pour saisir les rapports affectifs qui s’y nouent. Comment prendre en compte le caractère dynamique de l’attachement, puisqu’il n’est pas inné mais structuré par l’expérience vécue, et varie dans le temps ? De quelle manière est-il constitutif de rapports hiérarchisés dans une perspective intersectionnelle ? 

Il importe également d’identifier la nature de la documentation exploitable pour appréhender les rapports affectifs aux lieux. Si l’on songe plus aisément à la littérature, aux récits de voyage ou à différentes formes artistiques, qu’en est-il des autres types de sources ? De la même manière, que ce soit pour les géographes ou les autres chercheurs en sciences humaines, quels enjeux la cartographie – entendue comme source – soulève-t-elle pour saisir les manières de penser et de se représenter l’espace ? La figuration des lieux sur les cartes urbaines, dans le passé et le présent, traduit-elle un rapport affectif et politique (Zwer, 2023) ?

Au-delà des aspects documentaires, comment la pluridisciplinarité et la combinaison des méthodes permet-elle de saisir les enjeux de l’attachement ? Les échelles spatiales et temporelles d’observation doivent également être interrogées. Si différents courants des sciences humaines et sociales ont expérimenté l’étude d’objets limités (Revel, 1996), il s’agira de discuter la pertinence de ces approches pour examiner les rapports affectifs aux lieux. Peut-on réinscrire l’attachement au lieu dans un espace plus large (région, pays, monde) et ainsi réunir différentes échelles d’analyse ? Dans une perspective réflexive, l’attachement éventuel des chercheur·euses à leur terrain d’étude pourra aussi être interrogé.

En retour, comment l’attachement à des portions d’espaces peut-il conduire à la fabrication de lieux à proprement dit, de la simple familiarité jusqu’aux mobilisations collectives ?

AXE 2 : Rapports aux lieux et mobilisations collectives

Toutes mobilisations s’ancrent dans un territoire, pour le défendre, pour rassembler, pour le transformer, pour s’en servir comme support de sociabilité et de socialisation.

Les sociabilités et les usages des lieux urbains sont, à l’origine, imaginés par celles et ceux en charge de les concevoir, en l’occurrence les acteur·ices de l’aménagement (urbanistes, architectes, aménageurs…). Pour autant, les usage·res sont aussi des créateur·ices des lieux : les pratiques et usages quotidiens confirment ou subvertissent les usages sociaux projetés. Cet état de fait peut conduire à des conflits d’aménagement qui opposent une pluralité d’acteurs autour de visions et pratiques opposées de l’espace (Sébastien, 2022) : on peut penser à la récente destruction des jardins ouvriers d’Aubervilliers, qui permettaient de maintenir une forme de cohésion sociale à l’échelle du quartier, au profit de la construction d’une nouvelle piscine olympique. Dès lors, comment les rapports affectifs et les sentiments d’appartenance s’articulent à la destruction et à la perte des lieux (Deboulet, 2006), à leur dégradation (pollution, délabrement) ? Par capillarité, existe-t-il des formes négatives de rapports aux lieux, comme la « topophobie » ou peur des lieux (Hogben, Ruan, 2007), et en quoi consistent-elles ? Génèrent-elles des résistances, du repli ou de l’abandon ? On peut par ailleurs étendre ce questionnement aux situations d’éloignement vis-à-vis d’un lieu et au caractère nostalgique qui en découle (Epstein, 2022).

Les mutations socio-spatiales modifient les formes d’attachement au lieu. Dans une dynamique de conflit, mais pas uniquement, les rapports affectifs peuvent se traduire politiquement. Dès lors, quels types d’engagements et de politisation naissent face aux bouleversements de différentes natures qui affectent le lieu ? En d’autres termes, quels stratégies et répertoires d’action collectifs l’attachement au lieu façonne-t-il ? Du point de vue sociologique, quel rôle jouent les « histoires incorporées » (Bourdieu, 1980) des individus participant aux processus de développement des luttes urbaines ? Quelles sont les trajectoires individuelles ou collectives d’attachement à des mobilisations, plus ou moins linéaires ?

À travers les mouvements politiques, sociaux et écologiques, certains espaces, souvent délaissés, dévalués voire marginalisés, sont investis à la fois physiquement et émotionnellement (Ouassak, 2023), jusqu’à incarner, même temporairement, de nouvelles centralités et redessiner la géographie des luttes – à l’instar des rassemblements sur les places publiques lors des manifestations Nuit Debout au printemps 2016 (Baciocchi, Bidet et al., 2020), ou encore des ronds-points occupés par les Gilets Jaunes, incarnant des mobilisations d’ampleur nationale (Bernard de Raymond, Bonin et alii., 2023). L’appropriation matérielle et affective d’une portion d’espace comme support de mobilisations collectives engendre de nouveaux narratifs, donnant une signification à l’espace et le transformant ainsi en un véritable lieu. D’autres mobilisations, comme les occupations illégales d’immeubles abandonnés ou de friches urbaines, se manifestent précisément par la présence sur un lieu dans la durée et une requalification par la pratique. Ce faisant, un squat devient un espace d’habitation et un lieu de vie pour celles et ceux qui y résident (Péchu, 2010).

***

Modalités de contribution :

Cette journée d’études se veut pluridisciplinaire et ouverte à différents champs de recherche issus des sciences humaines et sociales. Les communications se feront en français ou en anglais. Les intervenant·es seront invité·es à s’exprimer et à présenter des réflexions sur leur(s) cas d’étude pendant vingt minutes suivies d’une dizaine de minutes de questions et d’échanges.

Un résumé d’une page au maximum de la communication envisagée ainsi qu’un court CV sont à envoyer avant le lundi 26 février 2024, à l’adresse mail suivante : doctoratacp@gmail.com

Calendrier :

Date limite de rendu des propositions : lundi 26 février 2024

Retour du comité d’organisation sur les propositions : 4 mars 2024 (au plus tard)

Date de la journée d’études : 26 avril 2024

Lieu : Université Gustave Eiffel, Cité Descartes sur le campus de Marne-la-Vallée, Bois de l’Étang, aile C. 5 Rue Galilée 77454 Champs-sur-Marne.

Comité d’organisation :

Idil Kafescioğlu         
Anaïs Parmentier      
Pauline Rocca
Aliénor Wagner-Coubès

Comité scientifique :

Les membres du Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP).

***

Références bibliographiques :

  • Ago Renata, Il diritto alla città, Roma nel Settecento, Roma, Viella, 2021.
  • Baciocchi Stéphane, Bidet Alexandra, Blavier Pierre et al., « Qui vient à Nuit Debout ? Paris, place de la République, avril-juin 2016 Trois méthodes pour une question », Sociologie, 2020/3 (Vol. 11), p. 251-266.
  • Bernard de Raymond Antoine, Bonin Loïc, Bordiec Sylvain, Chiron Pierre, Clément Karine, Elalaoui Charif, Grémion Théo, Liochon Pauline, Ravelli Quentin, Reungoat Emmanuelle, « Les Gilets jaunes : une révolte sans fin ? Une ethnographie comparée des ronds-points pour comprendre la durée du mouvement », Genèses, nᵒ130, 2023/1, pp.80‑111.
  • Besse Jean-Marc, Habiter. Un monde à mon image, Flammarion, 2013.
  • Bottin Jacques, Calabi Donatella (dir.), Les étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Editions de la MSH, 1999.
  • Bourdieu Pierre, « Effets de lieu », La Misère du monde, 1993, p.249-262.
  • Bourdieu Pierre, Le Sens pratique, Paris, Minuit, 1980.
  • Canepari Eleonora, Regnard Céline, Les logements de la mobilité (XVIIe-XXIe siècle), Karthala, 2018.
  • Canepari Eleonora, Crisci Massimiliano (dir.), Moving Around in Town: Practices, Pathways and Contexts of Intra-urban Mobility from 1600 to the Present Day, Viella, 2019.
  • Caro Mathilde, « Éprouver l’attachement au lieu : l’épreuve d’un conflit de proximité », L’Espace Politique, 38, 2019-2.
  • Deboulet Agnès. « Le résident vulnérable. Questions autour de la démolition », Mouvements, vol. N°47-48, no. 5-6, 2006, pp.174-181.
  • De Certeau Michel, Girard Luce, Mayol Pierre, L’invention du quotidien, habiter cuisiner, Tome 2, Gallimard, Folio Essais, 2006.
  • Epstein Renaud, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Paris, Le Nouvel Attila, 2022.
  • Gardella Edouard, « Temporalités des services d’aide et des sans-abris dans la relation d’urgence sociale. Une étude du fractionnement social », Sociologie, vol. 7, no. 3, 2016, pp. 243-260.
  • Ghobrial John-Paul A. (dir.), « The Space Between: Connecting Microhistory and Global History », Past and Present, Supplement 14 (2019).
  • Lefebvre Henri, La production de l’espace, Anthropos, 1974.
  • Lefebvre Henri, Le droit à la ville, suivi de Espace et politique, Anthropos, 1968.
  • Lepetit Bernard, « Architecture, géographie, histoire : usages de l’échelle », Genèses, no 13 (1993), p.118‑38.
  • Massard-Guilbaud Geneviève, « Pour une histoire environnementale de l’urbain », Histoire urbaine, 2007/1 (n° 18), p. 5-21.
  • Ouassak Fatima, Pour une écologie pirate : Et nous serons libres, La Découverte 2023.
  • Péchu Cécile, Les squats, Presses de Sciences Po, 2010.
  • Revel Jacques (éd.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, Le Seuil, 1996.
  • Sebastien Léa, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? », Norois. Environnement, aménagement, société, nᵒ 238‑239, 2016, p.23‑41.
  • Sébastien Léa, « La force de l’attachement dans l’engagement : Evolution et politisation des attachements aux lieux dans les conflits d’aménagement », Géographie, Économie, Société, 2022, 24 (1), p.69-102.
  • Ruan Xing, Hogben Paul, Topophilia and topophobia: reflections on twentieth-century human habitat, London, New York, Routledge, 2007.
  • Tuan Yi-Fu, « Place: An Experiential Perspective », Geographical Review, 1975, vol. 65, no 2, p. 151‑165.
  • Tuan Yi-Fu, Topophilia: A Study of Environmental Perceptions, Attitudes and Values, Columbia University Press, 2nd ed., 1990, [1974].
  • Zwer Nepthys (dir.), Ceci n’est pas un atlas : la cartographie comme outil de luttes, 21 exemples à travers le monde, Rennes, Editions du commun, 2023.
Catégories
Journées d'études

Journée d’étude : “Visiter et revisiter la parole. L’entretien, du recueil au réemploi”

12 mai 2023, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Résumé :

Chaque année, les doctorant·es du laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (ACP) de l’université Gustave Eiffel organisent une journée d’étude pluridisciplinaire. Cette année, le thème porte sur la revisite de la parole recueillie dans le cadre de l’entretien, y compris pour des périodes anciennes. Si l’enregistrement de la parole au cours de l’entretien a fait l’objet de nombreuses recherches, un point a été moins étudié : celui de la réutilisation de l’entretien a posteriori, tant par celui ou celle qui l’a réalisé que par d’autres enquêteur·ices. L’objectif de cette journée est donc de réfléchir à la façon dont les chercheur·ses en sciences sociales, notamment en histoire, géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques ou encore en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) conservent, retravaillent et exploitent la parole énoncée lors d’entretiens réalisés pour des enquêtes antérieures.

Argumentaire :

La parole, sous sa forme écrite ou sonore, est incontournable pour l’ensemble des sciences sociales, dont l’histoire des périodes anciennes. Les avancées techniques, épistémologiques et méthodologiques ont accompagné la construction de la légitimité de la source orale en histoire. Désormais, sa banalisation la rapproche des autres types de sources, notamment des paroles passées conservées uniquement sous leur forme écrite. Les réflexions sur la parole recueillie, questionnée dans ses aspects historiques et sociaux, de sa fabrique à sa collecte et son exploitation, croisent celles des disciplines reposant sur l’entretien telles que l’ethnographie, la géographie, ou la sociologie. Aujourd’hui, les conditions de production, de conservation et d’accessibilité de la parole dans la longue durée continuent de poser des enjeux de réflexivité.

Ces questions se posent de manière aiguë dans la revisite de l’entretien – a posteriori et dans le cadre d’une recherche en sciences sociales. Relus et réécoutés, les entretiens placent tout·e chercheur·se dans une position analogue à celle de l’historien·ne face à ses sources. Par un court-circuit – dont il s’agira aussi de penser les limites – on veut donc tenter d’envisager les formes anciennes de mise par écrit d’enquêtes au même titre que l’enregistrement des “entretiens” habituels aux sciences sociales, pour les considérer de manière similaire et avec les mêmes outils critiques. Le rapport à l’enquêté·e doit faire l’objet d’une réflexivité, même dans
le cas d’une revisite ou de la relecture historienne d’un entretien ancien : triangulaire, il n’en engage pas moins le scientifique absent de la discussion initiale. L’entretien est quant à lui, malgré l’impression d’immédiateté de la parole, à considérer dans l’épaisseur de sa temporalité. D’une part, celle de l’entretien particulier est spécialement visible lors de sa revisite. D’autre part, la temporalité générique de sa généalogie judiciaire et mémorielle unit les sciences sociales en les ramenant à leur dimension de quête de vérité par le biais de l’enquêté·e, témoin privilégié d’une réalité à laquelle l’enquêteur·ice veut accéder et soupçonné de lui faire écran.

Axe 1 : De la parole au document d’archive : revisiter la parole conservée

Le premier axe de cette journée d’études vise à explorer la transformation de la parole en document d’archives, condition et effet de sa revisite. Quels sont les effets de la production, de l’archivage et de la conservation de l’entretien, dans leurs dimensions techniques, matérielles et institutionnelles, sur les interprétations qui en sont possibles ?

Le passage par l’écrit est généralement rendu nécessaire par les règles de la critique historique (Descamps 2001) car il s’agit d’analyser, de comparer et de croiser les entretiens entre eux et avec d’autres sources, notamment écrites. Au-delà de l’histoire, l’écrit est omniprésent dans les pratiques scientifiques (Latour et Woolgar 1988). Certaines méthodes l’imposent (textométrie) et la restitution des résultats, académique ou de vulgarisation, est encore majoritairement écrite en dépit de l’usage croissant d’autres media : audio, vidéo, bande dessinée… (Gavras 2018). Dans la mesure où l’enregistrement de la parole correspond à des choix de format (sonore, écrit, vidéo), de logiciels et de transcription, les techniques employées ont des conséquences sur la pratique de revisite d’un entretien antérieur, qu’il soit produit directement par l’enquêteur·ice ou non. A chaque medium correspond une “perte d’information” déterminée par les conditions techniques et matérielles du support et de sa conservation.

La possibilité même de la revisite est conditionnée à sa conservation dans des institutions dont l’existence, les finalités et l’organisation institutionnelle varient en fonction de la source : il n’existe pas de politique d’incitation au dépôt des sources orales, ni de politique systématique de conservation. Les enquêtes écrites conservées le sont d’abord parce qu’elles ont été produites et conservées par des pouvoirs (seigneuriaux, étatiques, coloniaux, parfois par le prisme judiciaire) qu’elles ont – en retour – contribué à constituer. Leur relecture dans un but scientifique doit donc tendre à objectiver et mettre à distance ces aspects (Anheim 2019). La conservation croissante des entretiens plus récents doit elle aussi être interrogée dans ses moteurs et ses effets, y compris en mettant à profit les outils de la critique et l’archéologie documentaires en histoire.

En outre, l’entretien constituant une « œuvre de l’esprit » selon la loi de 1970 relative à la protection des droits de la personnalité et de la vie privée et le Code de la propriété intellectuelle, l’enquêté·e et sa protection juridique jouent un rôle déterminant dans la possibilité même de la revisite de l’enquête, autorisant ou non la diffusion sous certains supports de ses propos, imposant l’anonymat dans la restitution, voire la destruction des entretiens et des notes de terrain (Laurens 2022). La judiciarisation croissante des entretiens en science sociale reboucle avec leur généalogie judiciaire et les enquêtes anciennes, mettant en jeu les implications d’une volonté de savoir que l’on assouvit en questionnant un tiers.

Axe 2 : La revisite comme relation triangulaire : enquêté·es, enquêteur·ices, revisiteur·ices

Le deuxième axe de la journée d’études portera sur la revisite comme une relation triangulaire. Il s’agit de considérer la revisite de l’entretien comme un révélateur de la dynamique relationnelle entre enquêté·e, enquêteur·ice et revisiteur·ice sur le temps long. Par le décalage temporel qu’elle induit, la revisite permet d’appréhender l’évolution de la position de chaque protagoniste au fil du temps. Bien que l’analyse secondaire entraîne un doublement des biais lié à l’intervention des deux enquêteur·ices (Girault 2020 : 118), elle constitue également un atout, dans la mesure où elle permet précisément d’identifier et de critiquer ces biais.

Il s’agit de comprendre en quoi revisiter un entretien réalisé par soi ou un autre pour une enquête antérieure ou dans le cadre d’une étude longitudinale met en jeu l’historicité à la fois de l’enquêté·e et de l’enquêteur·rice : la revisite fait contraster deux moments distincts entre lesquels la position sociale et le point de vue des protagonistes ont pu changer, ainsi que leur relation interpersonnelle. En outre, l’enquêté·e est rarement unique : en quoi l’analyse que l’on peut faire d’un entretien et de son enquêté·e varie-t-elle par leur mise en série ? Cette dernière peut résider d’abord dans la mise en perspective par un·e même chercheur·se de ses terrains successifs (Clair 2022). Ensuite, la requalification par le.a même chercheur.se ou un.e autre de l’entretien comme source pour la connaissance d’un nouvel objet d’étude contribue à redéfinir le corpus d’entretiens et de documents. Enfin, les transformations propres au groupe d’enquêté·es questionnent la manière dont la connaissance de leurs trajectoires postérieures à l’entretien réoriente l’interprétation, dans une variante du problème classique de “l’illusion biographique” (Bourdieu 1986) ou du risque historien de la téléologie.

La revisite invite aussi à questionner la relation entre deux enquêteur·ices. Qu’implique la revisite scientifique d’“entretiens” menés par des enquêteur·ices non-scientifiques dans une perspective de collecte mémorielle, documentaire, artistique, judiciaire, etc., en termes de transformation concrète, de différences de perspectives mais aussi d’enjeux éthiques du rapport au travail d’autrui ? Le point de vue scientifique est-il, même malgré lui, solidaire de l’enquêteur·ice initiale dans son rapport à l’enquêté·e, comme l’est l’historien de l’inquisiteur (Ginzburg 2010) ? Inversement, dans quelle mesure le fait de récupérer son travail oblige-t-il le·la revisiteur·ice vis-à-vis de l’enquêteur·ice initial·e, par exemple à partager son projet, respecter ses choix et ses orientations ?

Enfin, que signifie revisiter l’entretien d’un·e autre chercheur·se , y compris d’une autre discipline ? La revisite s’envisage aussi comme une réitération d’une expérience scientifique permettant de vérifier des travaux antérieurs et de garantir leur scientificité, avec toutes les limites de la proposition (Laferté, Pasquali et Renahy 2018 ; Morsel 2022). A quoi correspond exactement ce geste intellectuel ? Quelle stratégie dans son champ scientifique peut-il traduire, en particulier par rapport à l’enquêteur·ice initial·e ? La perspective peut consister à se placer dans les traces d’un·e prédécesseur·se, de revendiquer son héritage et le·la canoniser, mais aussi de le·la critiquer. Se positionner dans un champ scientifique implique de faire preuve d’une originalité suffisante dans ses travaux ; pourtant, selon la position que l’on occupe dans ce champ, la critique peut être plus ou moins risquée. Les revisites d’entretiens empruntés à d’autres disciplines portent également des enjeux spécifiques. La rentabilité incertaine du travail et le capital symbolique nécessaires à une revisite peuvent être un frein en fonction de la position dans le champ. Inversement, ces positions peuvent se traduire dans la revisite elle-même, par exemple dans l’écart aux choix initiaux de l’enquête revisitée (délimitation du corpus d’entretiens, techniques et concepts d’analyse, combinaison documentaire) ainsi que dans les choix de communication scientifique.

Programme :

9h15         Introduction

9h30        Florence Descamps, « Utiliser des archives orales fabriquées par des tiers : est-ce possible et si oui, à quelles conditions ? »

9h55    Selma Bendjaballah, Guillaume Garcia, « Peut-on archiver des enquêtes par entretiens pour favoriser leur réutilisation ? Retour sur l’expérience du projet beQuali en sociologie et en science politique »

10h45       Pause

11h             Philippe Masquelier, « Les voix des Finances : retraverser l’épaisseur temporelle d’un témoignage ou la revisite d’un fonds d’archives orales à vocation patrimoniale »

11h25       Marie Cabadi, « Visites guidées : entrer par la revisite dans des lieux féministes »

12h30 – 14h Pause déjeuner

14h             Introduction

14h10 Bénédicte Girault, « L’historien·ne et la revisite. Des dépositions de témoins médiévaux aux archives orales contemporaines »

14h45 Diane Roussel, « L’historienne, le juge et l’accusé : quelques réflexions sur l’étude des procès-verbaux de justice de l’époque moderne »

15h50 : Pause

15h45 Nicolas Renahy, « 1990-2023 : la bataille de la représentation ouvrière en contextes »

Références bibliographiques :

Anheim 2019 : Étienne Anheim, « Science des archives, science de l’histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2019/3-4 (74e année), p. 505-520, également disponible en ligne : https://cairn.info/revue-annales-2019-3-page-505.htm (dernier accès le 16 janvier 2023).

Bourdieu 1986 : Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986 (vol. 62-63), p. 69-72.

Clair 2022 : Isabelle Clair, « Les temporalités de la comparaison ethnographique », Genèses, 2022/4 (n° 129), p. 153-171, en ligne : https://cairn.info/revue-geneses-2022-4-page-153.htm (dernier accès le 16 janvier 2023).

Descamps 2001 : Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

Descamps 2019 : Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris, Editions de l’EHESS, 2019.

Gavras 2018 : Julie Gavras, Les bonnes conditions, Arte, K.G. Production, Zadig Production, 86 min, 2018.

Ginzburg 2010 : Carlo Ginzburg, « L’inquisiteur comme anthropologue », dans Le fil et les traces, Lagrasse, Verdier, 2010 [1989], p. 407-424.

Girault 2020 : Bénédicte Girault, « L’historien, le témoignage et la tradition orale », dans Initiations aux études historiques, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2020, p. 109-120, également disponible en ligne : https://lib.isiaccess.com/process/reader/book.php?ean=9782380941210&page=115   (dernier accès le 16 janvier 2023).

Laferté, Pasquali et Renahy 2018 : Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy, Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, 2018.

Latour et Woolgar 1988 : Bruno Latour et Steve Woolgar, La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988 [1979].

Laurens 2022 : Sylvain Laurens, « L’ethnographie en procès. Enjeux contemporains autour de l’éthique de l’enquête de terrain », Genèses, 2022/4 (n° 129), p. 7-13, également disponible en ligne : https://cairn.info/revue-geneses-2022-4-page-7.htm (dernier accès le 16 janvier 2023).

Morsel et Noûs 2022 : Joseph Morsel et Camille Noûs, « Sortir l’histoire de son berceau judiciaire. Référentialité, vérifiabilité, réplicabilité de l’enquête historienne ? », Genèses, 2022/4 (n° 129), p. 116-137, également disponible en ligne : https://cairn.info/revue-geneses- 2022-4-page-116.htm (dernier accès le 16 janvier 2023).

Comité d’organisation :

Emily Egan – Doctorante en géographie

Marie Fontaine-Gastan – Doctorante en histoire

Matthieu Gosse – Doctorant en histoire

Idil Kafescioğlu – Doctorante en histoire et en sociologie

Clémence Malavergne – Doctorante en géographie

Lara Martinais – Doctorante en histoire

Pauline Rocca – Doctorante en histoire

Aliénor Wagner-Coubes – Doctorante en histoire

Comité scientifique :

Les membres du Laboratoire ACP.

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude : Enjeux sociaux, politiques et scientifiques de la dématérialisation

20 mai 2022, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Programme :

9h30 : Accueil des participantes et introduction de
la journée

10h–12h30 : Mise en question de la pratique
scientifique « dématérialisée »

* Erwann Ramondenc, Chef du pôle Archivage et Pérennisation des données numériques, Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères : “Les archives dématérialisées, quels défis et quelles perspectives aux Archives diplomatiques ?”
* Marie-Laure Archambault-Kuch, Doctorante en Histoire contemporaine, Université Lumière Lyon-2 : “Des sources dématérialisées pour un objet matériel ? Apports et limites de la dématérialisation pour étudier les pratiques vestimentaires et leurs représentations (Syrie et Liban, fin XIXe – milieu XXe siècle)”
*Maite Muñoz-Medina, Doctorante en Langues et littérature étrangère, co-tutelle Université Paris-Est et Université de Grenade : « Bilan d’un partage d’expériences de recherche en ligne : les problématiques de la “dématérialisation” des échanges scientifiques”

12h30-14h : Pause déjeuner

14h-15h45 : Conséquences et enjeux de la
dématérialisation des services publics

*Daniela Trucco, Docteure en Sciences politiques, Université de Gênes et Université Côte d’Azur, Membre de l’École française de Rome : « “ Faire les italiens ” en les tenant à distance. Que fait la dématérialisation des démarches de naturalisation aux politiques de la nationalité et à la possibilité de les enquêter ? »
*Guillaume Negri, Étudiant en Master 2, Institut d’études politiques de Rennes : “La dématérialisation des démarches d’asile à Rennes : tension entre objectifs politiques et réalités asiliques”

15h-15h15 : Pause

*Nadia Okbani, Maîtresse de conférence en Sciences politiques, Université Toulouse Jean Jaurès : “Le travail social à l’épreuve de la dématérialisation des services publics : transfert de charge et redéfinition des pratiques professionnelles”

15h45-16h15 : Conclusions de la journée

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude : “Sciences sociales et classes populaires”

21 mai 2021, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Argumentaire :

Résumé : Comme chaque année, les doctorant·es du laboratoire ACP (EA 3350) de l’Université Gustave Eiffel organisent une journée d’étude pluridisciplinaire. Le thème de cette journée porte sur les rapports entre sciences sociales et classes populaires. L’objectif de cette journée est de réfléchir et discuter sur la façon dont les chercheuses et chercheurs en histoire, géographie, sociologie et STAPS s’emparent de cette notion polysémique de populaire, et de cet objet multiforme de classes populaires dans leurs travaux.

Introduction : Que ce soit dans des discussions quotidiennes, le champ médiatique ou dans celui des sciences sociales, le qualificatif de “populaire” est omniprésent. La prolifération de ce terme, même si nous pouvons considérer qu’il est en perte de vitesse dans la sphère académique (Hugrée, Pénissat et Spire, 2017), a pour corollaire une très grande diversité de sens, tant en fonction de la personne qui l’utilise que de son espace d’usage et des ambitions du locuteur ou de la locutrice. Si penser les “classes populaires” est presque consubstantiel des sciences sociales ; celles-ci en ont d’ailleurs fait un concept-clef autant que très malléable. Inversement, les “classes populaires” sont confrontées aux sciences sociales par des enquêtes les concernant ou, même si cela est plus rare, en faisant elles-mêmes cette histoire, comme dans le cas de la workshop history britannique.

Interroger les relations entre sciences sociales et classes populaires c’est donc tout à la fois repenser les définitions de ces deux ensembles, les modalités et les finalités de l’enquête scientifique et les rapports à la science et au politique. Si ces axes de réflexions ne sont pas neufs, ils sont à reprendre à nouveaux frais dans le triple contexte d’une diffusion croissante des savoirs académiques, de leur fragilisation et de leur réflexivité.

Définitions : La notion de classes populaires a suscité et continue de poser aux sciences sociales des questions importantes de définition. Pour les chercheur·ses qui la mobilisent, il y a un enjeu à défendre sa pertinence théorique face aux débats dont elle peut faire l’objet. Dans la société française contemporaine, les transformations des cinquante dernières années ont poussé à la conceptualisation de “classes populaires”, se substituant ou s’ajoutant à la “classe ouvrière”. En parlant de “classes populaires“, les sociologues tenant·es de cette notion ont cherché à donner un nom à cette nouvelle réalité que constituait une classe dominée touchée par la tertiarisation de l’économie, la désindustrialisation, la féminisation et la précarisation. L’usage du pluriel montre bien à quel point la diversité des groupes concernés est d’emblée soulignée, en termes de situation salariale, lieu de résidence, genre, position dans les rapports de “race” et génération.

On peut s’interroger sur la transposition de cette notion de classes populaires, et plus généralement de populaire, dans différents espaces et temporalités étudiés en sciences sociales. En géographie et en sociologie urbaine, c’est la notion de quartier populaire qui est beaucoup mobilisée dans les travaux, avec comme cas d’étude les quartiers de grands ensembles de banlieue ou les quartiers populaires de centres anciens en cours de gentrification, et tout récemment l’émergence de la notion de centralité populaire à partir de l’exemple de Roubaix (Collectif Rosa Bonheur, 2019). Dans le contexte des métropoles latino-américaines où l’autoconstruction est la règle dans les quartiers de banlieue, les chercheurs autour d’Héctor Quiroz Rothe reprennent les questions de Pedro Barragán (Barragán, 2012) et construisent des méthodes pour les études sur ce qu’ils appellent un urbanisme populaire (Rothe, 2014).

En histoire, les travaux récents de Michèle Zancarini-Fournel et de Gérard Noiriel, s’ils se distinguent par le traitement du populaire qu’ils proposent, tendent à inscrire cette notion de classes populaires dans des rapports de domination dont l’analyse permet de prendre en compte “toutes les formes de malheur social” (Noiriel, 2018, p.8), et contre lesquels ces populations luttent (Zancarini-Fournel, 2017). Reprenant ainsi les leçons de la people’s history d’Howard Zinn (Zinn, 1980), ces deux auteurs étendent la définition de populaire à l’ensemble des populations dominées.

Dans ce paysage diversifié et contesté de l’utilisation de la notion populaires en sciences sociales, comment les chercheur·ses qui travaillent sur les classes populaires et les dominé·es construisent-ils et légitiment-ils leurs concepts et cadres théoriques, en l’adaptant aux différents contextes géographiques et historiques d’étude ?

Enquête : Largement débattue et utilisée, la notion de populaire est remise en cause dans les recherches récentes qui lui reprochent une certaine inadaptation aux contextes particuliers de leurs terrains d’enquête et qui soulignent qu’elle n’est pas spontanément utilisée par les enquêté·es (Alonzo, Hugrée, 2010), ou inadaptée aux réalités soulevées par les terrains d’enquête. Les problématiques portent alors autant sur la manière dont s’approche ou se construit le terrain “populaire” que sur la position que l’enquêteur·ice y adopte.

L’accès aux réalités du terrain, et aux mots qui les disent, introduisent des positions d’enquêteur·ice différentes. Celle du “sauveteur” ou du “passeur” est souvent prise par les historien·nes, contraint·es par des sources rares ou médiées par des institutions dominantes, dans lesquelles ils et elles ne trouvent souvent que des “voix” éparses ou incomplètes émergeant du groupe populaire (Thompson, 1963 ; Farge, 2019). Celle du “traducteur”, dans les enquêtes ethnographiques demande aux chercheur·ses d’élucider ce contexte, faute de quoi tout le sens se perd (Collectif Rosa Bonheur, 2019).

Cela pose également la question de la place du terrain dans le travail de recherche dans son ensemble. Certaines démarches restent au plus près du travail ethnographique et utilisent au maximum les mots et les situations observées sur le terrain pour en décrire la réalité ; elles parlent donc plutôt d’un groupe social situé, qui vient interroger, spécifier ou limiter la notion de populaire offerte par les sciences sociales (Coquard, 2018). D’autres à l’inverse abordent le ou les terrains par les grilles de lectures et les définitions de ces approches plus théoriques, leur ambition tendant alors moins vers leur remise en cause que vers leur illustration et leur enrichissement (Noiriel, 2019). Ces écarts méthodologiques montrent que l’échelle choisie est capitale dans le sens que prend la notion de « populaire » dans les différentes recherches et dans la nature des phénomènes que celles-ci sont à même d’étudier.

Cela interroge sur le rôle des différentes échelles dans la définition des sens du populaire. Ainsi, comment le travail d’enquête parvient-il à se saisir de cette notion polysémique ? Est-elle forcément exogène au terrain, et résulte-t-elle donc de constructions de la part des chercheur·ses ? Quels sont les effets de son utilisation dans des contextes ou des échelles différents ?

Diffusion, vulgarisation, restitution : Enfin, lorsque l’on s’intéresse au(x) rapport(s) entre sciences sociales et classes populaires, il convient de s’interroger sur la diffusion, la transmission du savoir scientifique en dehors des seuls cercles universitaires. La volonté de vulgarisation des travaux scientifiques est une démarche que l’on peut faire remonter jusqu’au XVIIIe siècle et à L’Encyclopédie (Scheile, 1983), même si l’idée n’est alors pas forcément de toucher directement les classes populaires mais ceux qui sont exclus des différents cercles. Actuellement, de nombreuses publications interrogent ces pratiques et ces intérêts (Jurdant, 2009; Jacobi, D., Schiele, B. & Cyr, M.-F., 1990).

Ainsi, il semble que régulièrement, les chercheurs et chercheuses aient souhaité dépasser le seul cadre de leur pairs et tenté de diffuser de manière plus large leurs conclusions ou interrogations. Récemment, ces démarches de vulgarisation, dans une certaine mesure des connaissances, ont pu être dirigées vers les populations qui ont été l’objet de recherches et d’enquêtes. Ainsi, dernièrement, plusieurs chercheurs et chercheuses ont manifesté la volonté de restituer à des populations autochtones les résultats des recherches qu’ils ont menées les concernant. Au Québec et en Amérique du Nord au sens large, de nouveaux protocoles de recherches sont de plus en plus mis en œuvre comportant des contrats passés entre nations autochtones – dont l’étude relève de l’“histoire populaire”, si l’on considère les définitions de Michèle Zancarini-Fournel et Gérard Noiriel, dans le sens où elles ont été dominées par la colonisation (Zancarini-Fournel, 2017 ; Noiriel, 2018) – et chercheur·ses, impliquant un retour des savoirs produits par les scientifiques aux populations qui ont accepté de les laisser accéder à leur objet.

Cette question de la transmission mais aussi d’une forme de restitution des savoir des sciences sociales, en particulier lorsqu’elle porte sur des populations ou des groupes en situation de domination, nous paraît donc pertinente à interroger. Celle-ci soulève beaucoup de questions : éthiques, d’indépendance et de pertinence de la recherche. Faut-il considérer que les travaux scientifiques ne sont destinés qu’à la communauté universitaire ? Au contraire, ou parallèlement, la vulgarisation de ses recherches doit-elle faire partie intégrante de la démarche du chercheur ou de la chercheuse en sciences sociales étudiant des catégories dominées ou des classes populaires ? Si oui, de quelle manière vulgariser et diffuser ses recherches ? Tout l’enjeu de ces questions et de cette journée d’étude est donc également de s’interroger sur la relation entre les classes populaires et les sciences sociales. Est-ce une relation à sens unique ? Peut-on, doit-on, envisager une réciprocité ? Selon quels termes ?

Programme :

9h30-10h : Accueil des participant·es

10h-12h : Chercheur·ses invité·es

Michelle Zancarini-Fournel, professeure émérite d’histoire contemporaine, Université Lyon 1

Collectif Rosa Bonheur, Juliette Verdière et Blandine Mortain, sociologues, Université de Lille, laboratoire Clersé

Akim Oualhaci, docteur en sociologie, chercheur au Centre de recherches sur le sport et le mouvement (CeRSM), Université Paris-Ouest Nanterre

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h : Approches méthodologiques et enquêtes auprès des classes populaires (Axe 2)

Louise Clochey, doctorante en géographie, Université de Montpellier, « Aborder les classes populaires par l’agriculture à Dunkerque : construction d’une démarche ethno-géographique et perspectives »

Hannah Berns, doctorante en sociologie et assistante à l’IGEAT (Université Libre de Bruxelles),

« Comment les classes populaires produisent-elles l’espace à l’époque de la métropolisation ? Analyse des pratiques spatiales des jeunes adultes à Charleroi et à Bruxelles) »

Pauline YVARD, doctorante en STAPS, Université de Caen, « Engagement des élèves et style motivationnel de l’enseignant d’EPS en fonction du contexte d’enseignement (“ordinaire”/éducation prioritaire) »

15h00-15h15 : Pause

15h15-16h15 : Notions et définitions en débat (Axe 1)

Karl-Alexandre Zimmer, doctorant en histoire, Université du Mans, « “De quoi se compose l’émeute ? De rien et de tout” Comment définir des troubles populaires du XIXe siècle interroge- t-il la manière d’en faire l’histoire ? »

Kalilou Barry, doctorant en sociologie, Université Paris-Est Créteil, « De la pertinence de l’usage de la notion de “classes populaires” aux États-Unis ? »

Bibliographie :

  • ALONZO, Philippe, HUGREE, Cédric, 2010, Sociologie des classes populaires, Paris, Armand Colin.
  • COLLECTIF ROSA BONHEUR, 2019, La ville vue d’en bas ; travail et production de l’espace populaire, Paris, Editions Amsterdam.
  • COQUARD, Benoît, 2018, “Déjà nous. Un sentiment d’appartenance sélectif en milieu populaire”, Politix, vol. 122, p. 57-78.
  • BARRAGÁN, Pedro Moctezuma. La chispa.: Orígenes del Movimiento Urbano Popular en el Valle de México. Mexico, Delegación Iztapalapa – para Leer En Libertad, 2012.
  • FARGE, Arlette, 2019, Vies oubliées. Au coeur du XVIIIe siècle, Paris, La Découverte.
  • HUGREE C., PENISSAT E., SPIRE A., 2017, Les classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone.
  • JACOBI, D., SCHIELE, B. & CYR, M.-F., 1990, « La vulgarisation scientifique et l’éducation non formelle », Revue française de pédagogie, 91.
  • JURDANT, B., 2009, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, Archives contemporaines.
  • NOIRIEL G., 2018, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Paris, Agone.
  • ROTHE, Héctor Quiróz. Aproximaciones a la historia del urbanismo popular: una mirada desde México. Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, 2014.
  • SCHIELE B., 1983, « Les enjeux cachés de la vulgarisation scientifique », Communications. Information Médias Théories, 2/3.
  • THOMPSON, Edward Palmer, 1963, La formation de la classe ouvrière anglaise, trad. fr. 1988, Paris, Seuil.
  • ZANCARINI-FOURNEL M., 2017, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Zones
  • ZINN H., 2003 [1980], Une histoire populaire des Etats-Unis. De 1492 à nos jours, Paris, Agone.

Comité d’organisation :

Clément Carnielli – doctorant en histoire Florence Costa – doctorante en géographie Laura Durand – doctorante en géographie Danilo Guiral Bassi – doctorant en histoire Thierry Guillopé – doctorant en histoire Paul Lesieur – doctorant en histoire Tristan Loubes – doctorant en histoire Marion Philippe – doctorante en STAPS

Comité scientifique :

Laboratoire ACP

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude “Environnement, villes et pouvoirs”

11 octobre 2019, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Argumentaire :

Alors que les enjeux environnementaux prennent une place croissante dans tous les esprits, force est de constater que les acteurs qui ont un pouvoir sur ces questions n’en tirent pas toutes les conséquences, quelle que soit l’échelle d’action territoriale : les atermoiements de la COP24, la polarisation des oppositions autour des projets d’aménagement, ou encore les contradictions dans les modes de vie des individus nous le rappellent. Cela est en particulièrement le cas pour les territoires urbains, dénoncés comme des centres d’hyper-consommation des ressources, producteurs d’injustices et qui sont parfois détestés et fuis pour des raisons environnementales ou hygiéniques (Baubérot, Bourillon, 2009).

Ces enjeux relatifs aux rapports entre nature et société font l’objet d’interrogations par les chercheur·es en sciences humaines et sociales, en particulier depuis les années 1990-2000. Au-delà des analyses produites par les chercheur·es sur les politiques environnementales menées depuis les années 1970 dans la plupart des territoires, la notion d’environnement conduit à porter un regard neuf sur des phénomènes historiques, géographiques ou sociaux significatifs des rapports entre les sociétés et leurs milieux.

Nous nous proposons d’interroger ces rapports selon trois axes, qui peuvent être combinés dans les communications proposées :

  1. Déconstruire les discours sur l’environnement dans les politiques urbaines
    Les politiques d’urbanisme se justifient désormais par l’attention plus grande vis-à-vis des questions environnementales et du développement durable. Mais cette “nature” n’est la plupart du temps que le support de pratiques humaines – activités sportives, cadre de vie agréable, … Aussi, cette journée d’études vise à déconstruire le lexique des politiques publiques dans ses aspects politiques et économiques. Quelles sont les logiques d’acteurs à l’œuvre lorsqu’il s’agit de rendre la ville “plus verte”, “plus saine” ou “plus efficiente” ? Ces termes méritent d’être remis en question et interrogés dans leur épaisseur historique, territoriale et sociale. Ce “regard environnemental” (Massard-Guilbaud, 2007) sur les villes permet notamment de se pencher sur le rôle des acteurs “non- humains” (animaux, végétaux) dans l’aménagement des territoires ou encore de déconstruire l’idée de nature et de (re)discuter son rôle dans la ville aux côtés ou avec les populations. Les questions de nuisances environnementales ou de gestion des ressources, au centre de bon nombre d’études urbaines, sont également loin d’être épuisées pour les chercheur·es, notamment dans leur utilisation dans des mobilisations sociales.
  1. Résister face aux inégalités environnementales
    En effet, depuis l’avènement de la société industrielle au XVIIIe siècle, de nombreuses mobilisations liées à l’environnement ont émergé. Celles-ci ont pu consister en des luttes contre les dégradations de la qualité de l’environnement urbain, telles que la pollution industrielle ou automobile. Par ailleurs, nombre d’entre elles se sont attachées à questionner la dimension environnementale des différents rapports de domination à l’œuvre dans la société. Les notions d’inégalités, de justice et d’injustice environnementales se sont ainsi développées, d’abord aux États-Unis puis plus généralement dans le monde, tant comme catégories d’action militante que dans la littérature en sciences sociales. Ces notions visent à souligner et dénoncer la moindre qualité environnementale du milieu urbain et la plus grande vulnérabilité aux risques que subissent les groupes sociaux dominés en ville, en termes de classe et de “race” (Bullard, 1990 ; Cuesta Camacho, 1998). En quoi la recherche sur les inégalités en sciences sociales est-elle renouvelée par la prise en compte de leur dimension environnementale ? Il peut être intéressant d’étudier l’apport spécifique de l’étude des mobilisations pour la justice environnementale (Moreau et Laigle, 2018) pour mieux comprendre les mouvements sociaux historiques ou contemporains, ou examiner l’institutionnalisation des notions de justice environnementale et de protection de l’environnement (Bullard et Johson, 2000). De même, l’impact de ces nouvelles politiques publiques sur la (re)production des rapports de domination en ville mériterait d’être questionnée.
  2. Vers des environmental studies ? Transferts et interdisciplinarité, l’environnement dans les pratiques des chercheurs. Cette richesse des questionnements sur l’environnement, la ville et le pouvoir dans différentes sciences sociales nous invite également à réfléchir sur les concepts et notions mobilisés. Quelle place pourraient avoir la “nature”, l’environnement physique dans des disciplines comme l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie et même la géographie, pensées et organisées autour de l’humain, alors que le “non-humain” devient un objet de sciences sociales ? Plusieurs concepts, outils intellectuels ont été développés ou empruntés aux sciences expérimentales, sans qu’ils soient nécessairement définis de la même manière au sein de chaque discipline. On constate ainsi régulièrement la polysémie de certains concepts et outils intellectuels d’une discipline à l’autre. “environnement”, “nature”, “milieu”, “humain” et “non-humain” pour n’en citer que quelques-uns, en sont des exemples. Aussi deux questions se posent ici. La première est celle de la transversalité, de la mise en regard de concepts tels que “écosystème” (Crutzen, 2002) ou “anthropocène” (Annales HSS, 2017). Comment ces concepts peuvent-ils être questionnés en fonction des disciplines, réemployés de l’une à l’autre ? Peut-on définir une science sociale environnementale à travers leur usage ? L’autre question est celle de l’apport de ces concepts issus des recherches environnementales dans les façons de penser les rapports de pouvoirs au sein de nos sociétés. En quoi la recherche environnementale et particulièrement son appareil épistémologique enrichit-elle les réflexions sur le pouvoir et les rapports de force ?

Programme :

10 h – 12 h : Croisements disciplinaires

  • Renaud Bécot, Histoire, L’histoire de l’aménagement au prisme de la justice en- vironnementale. Un aperçu historiographique.
  • Sabine Bognon, Géographie, Perceptions urbanistiques de la propreté à Paris, de la ville hygiéniste à la ville durable.
  • Laure Bonnaud, Sociologie,  Les sociologies du risque industriel. Retour sur quelques recherches produites depuis les années 1980

12 h – 13 h : Pause déjeuner

13 h – 14 h 30 : Questions d’appartenance territoriale

  • Florie Imbert-Pellissier, Histoire : Gérer la sécheresse de l’Huveaune, un enjeu à l’amont et à l’aval du terroir marseillais (XVIIe -XVIIIe siècles).
  • Gustavo Nagib, Géographie : Agriculture urbaine et militante de Sao Paulo à Paris.
  • Nicolas Messieux, Géographie : Le nourrissage des animaux : à qui appartiennent le territoire et l’environnement urbains ?

14 h 30 – 14 h 45 : Pause

14 h 45 – 16 h : Quels pouvoirs urbains pour gérer l’environnement ?

  • Jérémy Lefort, Histoire : Administrer l’insalubrité en ville, Les commission sani- taires lors du Choléra à Paris de 1832.
  • Matthieu Schorung, Géographie : Le projet ferroviaire Brightline en Floride : discours sur l’environnement et stratégies urbaines privées.

Références bibliographiques :

Dossier “Anthropocène”, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2017/2. https://www.cairn.info/revue- annales-2017-2.htm

BAUBÉROT Arnaud et BOURILLON Florence (dir.), Urbaphobie ou la détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles : actes du colloque réuni à Paris 12 Val-de-Marne, les 8 et 9 mars 2007, Pompignac, Bière, 2009, 351 p.

BULLARD Robert D. et JOHNSON Glenn S., « Environmental Justice: Grassroots Activism and Its Impact on Public Policy Decision Making », Journal of Social Issues, 2000, vol. 56, no   3. [En ligne] URL : https://works.bepress.com/johnsongs/2/.

CRUTZEN Paul J., « Geology of mankind », Nature, 2002, vol. 415, p. 23.

CUESTA CAMACHO David Enrique, Environmental injustices, political struggles: race, class, and the environment, Durham, Duke University Press, 1998, 232 p.

LAIGLE Lydie et MOREAU Sophie, Justice et environnemnent: les citoyens interpellent le politique, Gollion, Infolio, 2018, 237 p.

MASSARD-GUILBAUD Geneviève, « Pour une histoire environnementale de l’urbain », Histoire urbaine, 2007, vol. 18, no   1, pp. 5-21.

Comité d’organisation :
Louis Baldasseroni, doctorant en histoire.
Florent Chossière, doctorant en géographie.
Florence Costa, doctorante en géographie.
Paul Lecat, doctorant en histoire.
Tristan Loubes, doctorant en histoire.
Marion Philippe, doctorante en STAPS.

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude : “Medium is the Message. Que faire de la médiologie en sciences humaines et sociales ?”

19 octobre 2018, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Argumentaire :

De quoi témoigne la matérialité de la source que l’historien fait parler ? Quelles sont les relations entre une source et son contexte ? Ce qui est connaissable, est-ce le milieu dans lequel est produit la source ou bien est-ce la source qui produit son contexte ? L’historien produit-il une opération de contextualisation qui éclaire le document ou bien le contexte est-il inhérent à la source ? Comment les terrains de l’anthropologue, du sociologue et du géographe sont-ils médiatisés par des informateurs privilégiés ? Est-ce le chercheur qui révèle le sens du discours des acteurs ou bien est-ce une vérité localisée et contenue dans la délimitation même du terrain ?

Le 10 avril 2018, une commission d’enquête sénatoriale sur le scandale Cambridge Analytica interroge M. Zuckerberg : “Accepteriez-vous de dire dans quel hôtel vous êtes descendu hier ou de publier tous vos SMS de la semaine dernière ?” Le fondateur de Facebook répond par la négative et se voit accusé d’avoir inventé le média qui dévoile pourtant toutes ces informations. Le lendemain, la plateforme Netflix annonce qu’elle ne participera pas au Festival de Cannes, craignant un “manque de respect” de la part du monde du cinéma de diffusion traditionnelle. Le même jour, le porte-parole du Kremlin adresse une fin de non-recevoir à une série de tweets de D. Trump, signalant que la Russie “ne participe pas à la twitto-démocratie”. Ces exemples qui abondent dans l’actualité, soulignent les bouleversements structurels qui touchent les médias. Facebook, Netflix ou Twitter font plus que de proposer un service. Ils créent aussi de nouvelles façons de communiquer dont on peine à mesurer les potentialités et les contraintes (Ertzscheid 2018).

Les SHS offrent des outils conceptuels et méthodologiques pour aborder cette question. Dans le cadre de travaux d’épistémologie de la connaissance, F. Heider a proposé, dès les années 1920, une définition fonctionnelle du medium qui a été reçue tardivement par la théorie des médias et a été résumée par E. Alloa : “on appellera medium tout ce qui fait apparaître les choses et transmet des informations à leur sujet” [2017 (1926) p. 20]. Dans cette lignée, les travaux de M. Mac Luhan (1967), poursuivis par R. Debray, ont souligné que les médias sont des vecteurs qui déterminent le message qu’ils transmettent ; des technologies qui conditionnent la production et la réception des signes qu’elles émettent. Mac Luhan résuma, en une formule fameuse et radicale, la conclusion de ses recherches  : “le média est le message”. Dans son Cours de médiologie générale (1991), R. Debray envisageait de fonder rien moins qu’une nouvelle discipline académique, la médiologie dont le dénominateur commun est le refus d’isoler un message de son milieu. Si ces propositions et approches ont nourri, avec bien d’autres courants de pensée, ce qu’il est convenu d’appeler le linguistic turn (Chartier 1995), force est de constater que les analyses empiriques, pour leur part, restent relativement insulaires au sein des sciences sociales, cantonnées à des sous-champs disciplinaires qu’il s’agisse de l’histoire des médias et des techniques, de la sociologie des médias ou des études communicationnelles (Merzeau 2011 p.13-14). Pourtant la compréhension fine des processus de médiations concerne la plupart des disciplines et permettent de poser à nouveaux frais des questions générales de méthodologie qui ne sont assurément pas neuves : de quoi témoigne la matérialité de la source que l’historien fait parler ? Cette question en appelle une autre, qui est celle des relations entre une source et son contexte. Ce qui est connaissable, est-ce le milieu dans lequel est produit la source ou bien est-ce la source qui produit son contexte ? L’historien produit-il une opération de contextualisation qui éclaire le document ou bien le contexte est-il inhérent à la source ? Comment les terrains de l’anthropologue, du sociologue et du géographe sont-ils médiatisés par des informateurs privilégiés ? Est-ce le chercheur qui révèle le sens du discours des acteurs ou bien est-ce une vérité localisée et contenue dans la délimitation même du terrain ?

Deux axes de recherches peuvent être envisagés :

Médias et messages : quelles relations d’interdépendance ?

Les chercheurs en sciences humaines savent qu’on ne peut isoler un énoncé de son support et que chaque type de source détermine a priori la valeur informative de ces documents. Connaître ce régime permet de critiquer la valeur du message transmis. Qu’on considère un décret honorifique attesté par une stèle déposée sur l’Acropole d’Athènes au Ve ou un tweet de Donald Trump : au-delà de leur contexte socio-politique et culturel et de leurs intentions singulières, leur valeur informative est également déterminée par le support lui-même (les procédés techniques d’écriture notamment) qui dicte autant les conditions de la diffusion du message (donc de sa réception) que la nature même de celui-ci. D’un côté, on a un texte épigraphique prétendant, par sa monumentalité, à la publicité et à la permanence, destiné à une communauté civique indifférenciée ; de l’autre, un message numérique limité à 240 caractères, marqué du sceau de l’éphémère et de la volatilité et adressé à une communauté virtuelle de “sympathisants”. C’est ainsi également au niveau de la matérialité du support que se joue la différence de régime de parole, et de sens, qui existe entre ces deux sources.

À l’extrême diversité des supports d’informations qui nourrissent la recherche, les SHS ont développé des outils, qui vont des typologies (en rangeant les sources dans des cases telles que « documents de la pratique » et « textes littéraires », sources institutionnelles ou enquêtes de terrain…), techniques d’analyse (statistiques, représentations graphiques, sciences auxiliaires…) ou encore création et exploitation de corpus ou de bases de données qui deviennent rapidement paradigmatiques (des Monumenta Germaniae Historica au Recensement général de l’agriculture…) et créent un nouveau support médiatique.

Mais plus encore que leur capacité à forger et utiliser des outils, c’est dans leurs pratiques quotidiennes que les chercheurs critiquent les supports qui médiatisent leurs sources, en s’émancipant parfois des catégories forgées au préalable (Cerutti 1995).

Les exposés proposeront à partir de cas concrets, une analyse de la dépendance d’un énoncé à son support et donc de la dépendance entre support et valeur informative. C’est précisément la prise en compte de ces relations entre message et médium qui permet aux SHS de connaître le milieu du message, milieu qui détermine lui-même la possibilité qu’un énoncé soit reconnu comme vrai dans une société donnée. Si le média est le message, le média est aussi le régime de vérité du message.

Mémoire de l’objet et archivage : quelle (re)production de sens ?

L’abandon du paradigme de l’influence pour celui de la circulation en histoire intellectuelle (Espagne 2013), ou parallèlement les material et archival turns ont conduit les chercheurs de sciences sociales à interroger la présence d’objets en certains lieux, à certains moments ou pour des acteurs précis. Dans la longue durée, l’histoire de ces objets a permis d’appréhender la manière dont leur signification change en fonction du contexte ou en fonction de leur appropriation par des acteurs différents. Le raisonnement peut être reproduit pour des écrits : quelles sont les conditions de leur disponibilité, de leur réemploi ou de leur oubli ?

Ainsi les objets du culte religieux catholique de la Renaissance ont-ils été massivement transportés dans des musées profanes. Pourtant, les fidèles ne manifestent plus leur foi devant eux, à l’inverse des amateurs d’art et des touristes qui ont leurs propres pratiques et y projettent des valeurs (Bazin 2008). L’objet a ainsi changé de fonction par translation (Savoy 2016). De même, les objets militaires de toutes les époques peuvent être observés dans des musées historiques servant le discours de leur institution – nationalisme, pacifisme… Les visiteurs y sont-ils sensibles ou viennent-ils parfaire leur connaissance de l’armement ? L’ouverture prochaine d’un musée du fascisme à Predappio, ville natale de Mussolini qui demeure aujourd’hui un lieu de mémoire et de rassemblement fasciste fera-t-elle vraiment “triompher la raison contre la nostalgie” ? De même, les archives ont une histoire qui est celle de leur production, de leur conservation et de leur consultation : à chaque étape, les écrits qu’elles contiennent, produit à un moment pour une action, sont resémantisées dans d’autres moments, pour d’autres moments. Un cas extrême mériterait d’être abordé : celui de la damnatio memoriae. Pour oublier de force un message, il faut en détruire ou dégrader le support (statues, stèles, etc.), acte qui produit une “resémantisation” radicale de la source, laquelle véhicule désormais, à la place du message originel (effacé, abîmé), la mémoire de la damnatio comme phénomène historique. Pour finir, il est également important de voir que la collecte contemporaine et institutionnelle des archives présente des enjeux qu’on ne peut négliger (Both 2017).

Les communications peuvent ainsi s’articuler d’abord autour des problématiques de l’archivage d’un médium : comment et pourquoi enregistrer une mémoire et conserver un objet ? Qu’est-ce qui détermine l’action d’archiver entre l’urgence d’enregistrer une mémoire et la transmission d’un modèle pour d’autres actions à venir ? Comment mesurer l’efficacité d’un médium ou reconnaître son échec à transmettre un message ?

Programme :

9h – Accueil des participants autour d’un petit-déjeuner

9h30-10h: Introduction de la journée par Antoine Chabod (UPEM) et Maxime Martignon (Paris X)

10h-10h30: Pierre Desveaux (Grenoble) : « Immunisation et purification : enjeux sémantiques et politiques du déchet »

10h30-11h: Anna Tible (Paris XIII): « Les documentalistes audiovisuel.les, médiateur.ice.s des sources télévisées et radiophoniques auprès des chercheurs en SHS ? »

11h-11h15: discussion

11h15-11h30: Pause

11h30-12h: Pauline Guillemet (UPEM) : «  Professionnaliser sa pratique : la collection de daguerréotypes de John Ruskin (1819-1900) » 

12h-12h30: Virginie Cerdeira (Aix-Marseille) : « Compiler pour faire la paix : le cas de la réécriture d’une polémique protestante dans le Mercure François »?

12h30-12h45: Discussion

12h45-13h: Conclusion

Bibliographie sélective

BOTH, Le sens du temps. Le quotidien d’un service d’archives départementales, Toulouse, Anacharsis, 2017.

BAZIN, Des clous dans la Joconde, Anarchasis, 2008.

CERUTTI, « La construction des catégories sociales », in J. BOUTIER et D. JULIA (dir.), Passés recomposés, Champs et chantier de l’histoire, Autrement, 1995, p. 224-234.

CHARTIER, « Médiologie, sociologie des textes et histoire du livre », Le Débat, 1995, no 85, p. 11-15.

DEBRAY, Cours de médiologie générale, Gallimard, 1991.

ERTZSCHEID, « Fifty Shades of Fake. Le jour des fous et des mensonges. Et les 364 autres », mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 14 mai 2018. URL : affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/04/fifty-shades-of-fake.html

ESPAGNE, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 14 mai 2018. URL : journals.openedition.org/rsl/219

MAC LUHAN, Pour comprendre les médias, Seuil, 1968 [1964].

HEIDER, Le médium et la chose, 2017 [1926].

MERZEAU, Pour une médiologie de la mémoire, 2011.

SAVOY, À qui appartient la beauté ? Arts et cultures du monde dans nos musées, cours au collège de France, 2016-2017

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude “Corps, espace, pouvoir”

20 octobre 2017, Université Paris-Est Marne-la-Vallée. 5 Boulevard Descartes, 77420 Champs-sur-Marne.

Argument :

D’un côté, le « tournant spatial » à l’œuvre dans les sciences sociales dote l’espace d’une dimension culturelle : il n’est plus une surface neutre mais l’étendue perçue par les hommes et construite par eux (G. Di Méo). Par un autre côté, le corps a perdu son caractère d’évidence naturelle : la psychanalyse le révèle morcelé, l’histoire et la géographie font la chronique de ses usages, l’anthropologie ou la sociologie celle de sa disparition, disséminé dans ses différentes constructions. L’un et l’autre ne sont plus nature mais culture selon un mouvement beaucoup plus vaste qui les unifie en un champ proprement humain où ne règnent plus les forces naturelles, mais le pouvoir. Corps, espace, pouvoir donc : l’articulation s’impose et, en faisant varier la notion dominante, le trio se reconfigure selon trois axes.

Le corps dans l’espace du pouvoir. Alors que dans les régimes modernes le pouvoir semble devoir se désincarner (Cl. Lefort), on assiste depuis plusieurs années à une résurgence des interrogations autour des phénomènes charismatiques, de la question du chef et de son apparence ou encore des symboles de l’autorité. Ce mystère de l’incarnation suppose d’être interrogé selon deux versants, celui d’une incorporation d’un pouvoir déjà-là (intériorisation des normes, apparence codifiée par les insignes) et celui d’une expression neuve du pouvoir par le biais d’une présentation de soi innovante (gestes, paroles, attitudes). Nous souhaiterions néanmoins redoubler cette interrogation par une perspective collective, tant les récents mouvements de rassemblement ou d’occupation de l’espace reformulent le fonctionnement classique des manifestations. Affirmant essentiellement le droit à apparaître (J. Butler), ils doivent nous conduire à ressaisir, dans des contextes ou des situations peu familiers, la mise en visibilité des corps habituellement masqués et disqualifiés dans les rassemblements collectifs, ainsi que les effets symboliques de tels rassemblements sur l’espace.

Le corps comme espace du pouvoir.  Par ailleurs, le corps lui-même est un espace sur lequel vient mordre le pouvoir. Cette dimension sera étudiée sous l’angle de la domination et de l’émancipation. Domination : le corps est soumis à un certain nombre de marquages à fonction symbolique ou utilitaire (scarifications, tatouages et autres blessures ou bien signes distinguant les esclaves, les bagnards ou toute autre population marginalisée) dans les sociétés, traditionnelles et modernes, qui organisent et signalent la discipline des corps soumis au pouvoir. Nous souhaiterions également observer son émancipation : ces sévices peuvent aussi servir à affirmer un pouvoir plus grand encore que celui imposé depuis l’extérieur par les autres. Cet homme qui subit sans bruit les pires tortures, ce philosophe qui crache sa langue au tyran, cet autre qui se retire dans sa citadelle intérieure devant la mort imminente, cet artiste ou ce sportif qui fait de son corps une arme ; à divers degrés, tous affirment, en se réappropriant leur corps, leur pleine souveraineté qu’on a qualifié différemment selon les époques, ataraxie ou tranquillité précédemment, esthétique de l’existence (M. Foucault) ou désœuvrement (G. Agamben) plus récemment.

Pouvoir sur l’espace, pouvoir sur les corps. On voudrait enfin interroger en deux temps le rapport entre façonnement de l’espace et façonnement des corps. Il s’agira en effet d’éclairer la productivité du pouvoir sur l’espace en tant qu’elle constitue à la fois une discipline pour les corps et une ressource pour les acteurs. D’abord, plutôt que d’étudier certains lieux du pouvoir (la prison, l’asile, le camp) comme paradigmes d’analyse sociale, on voudrait surtout déplacer le débat en s’intéressant aux formes de production des corps permises par la production de l’espace, en s’intéressant aux contraintes (frontières, filtrages, check-points) ou aux pratiques imposées par la forme de l’environnement (modulor, espace défendable). Malgré tout, le corps comme l’espace interagissent selon des négociations permanentes on voudrait faire ressortir les dérobades auxquelles l’espace se prête, l’ironie, l’évitement, ou encore les « pratiques microbiennes » (M. de Certeau) qui permettent aux acteurs sinon de déjouer toujours les dispositifs de domination, du moins de faire avec.

Programme :

9h45  Accueil des participants

10h-11h30  Première session : Perspectives disciplinaires

  • Marianne Blidon, Maître de Conférences en géographie, Université Paris I- Panthéon-Sorbonne : « Le poids du corps, lecture géographique du pouvoir ».
  • Raphaël Liogier, Professeur des Universités en sociologie, IEP d’Aix-en- Provence : « Corps libérés et (ou) corps libéralisés par l’interaction/hybridation homme-machine ».

11h30-12h30 Deuxième session : Revendications d’espaces

  • Daphné Bédinadé, Doctorante en anthropologie, EHESS : « Le marché de la beauté dit ethnique en France et au Brésil : entre stratégies d’insertion et revendications d’un espace propre».
  • Claire Brisson, Doctorante en géographie, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : « Le corps du noir, le corps du crime ? Out of place sur les plages de Rio de Janeiro ».

12h30-14h00 Pause déjeuner offerte par le laboratoire ACP

14h-15h30  Troisième session : Le corps comme incarnation du pouvoir

  • Adeline Poussin, Docteure en ethno-musicologie, Université de Nice-Sophia- Antipolis : « Les modelages corporels  à  l’armée : entre  pouvoir  et soumission ».
  • Nicolas Leresche, Doctorant-assistant au département de Géographie et Environnement,    Université    de    Genève : « SIDA,    corps     et militantisme : stratégies figuratives et matérielles en contexte épidémique ».
  • Benjamin Leboulanger, Doctorant en histoire, Université de Caen Normandie : « L’atimie pour prostitution chez les orateurs attiques ».

15h30-16h  Pause

16h-17h30  Quatrième session : Façonner l’espace pour contrôler les corps ?

  • Marie-Emmanuelle Torres, Doctorante en histoire,  Université  Aix- Marseille : « Les kraktai, corps sonore de l’empereur byzantin ? ».
  • Mathilde Girault, Doctorante en géographie, Université Lyon II : « Habiter en périphérie : la composition d’une “forme-de-vie” en réaction aux biopolitiques métropolitaines ».

17h30   Pot à la Maison de l’Étudiant

Catégories
Journées d'études

Journée d’étude « Études de cas : jeux d’échelles pour décrire le social »

Vendredi 7 octobre 2016, Organisée par le Laboratoire ACP et l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée. Champs-sur-Marne, sur le site de l’UPEM, Bois de l’Étang, Bâtiment C, salle C 219

Argument :

Empruntée à la cartographie mais aussi à l’optique et à l’architecture, la notion d’échelle est un concept-clé en sciences humaines et sociales. De l’échelle cartographique à l’échelle spatiale, son usage est aujourd’hui une pratique généralisée dans la plupart des disciplines en sciences humaines et sociales. Les jeux d’échelles sont devenus des outils indispensables à la compréhension des groupes sociaux et des configurations d’acteurs.

Le recours à l’interscalarité est devenu une démarche reconnue en géographie. À tel point que le changement d’échelle a longtemps servi de signe de reconnaissance des géographes et de marqueur corporatif. Au sein de la discipline, des débats demeurent cependant sur les méthodes de croisement : au traditionnel emboîtement d’échelles, certains préfèrent parler d’imbrication pour souligner le caractère systémique d’un espace à différentes échelles tandis que d’autres réinterrogent des notions classiques comme la globalisation, l’urbain ou l’État à l’aune du réétalonnage (rescaling) politique. L’essor de la micro-géographie est une preuve supplémentaire de l’actualité des jeux d’échelles en géographie.

À l’inverse, dans son acception spatiale, la notion d’échelle a longtemps été un angle mort de la réflexion historienne. Les historiens préféraient l’acception temporelle définie par Fernand Braudel, celle de la pluralité des temps historiques. La remise en cause de l’orthodoxie labroussienne par la microstoria à la fin des années 1980 fut le moment d’une meilleure prise en compte des jeux d’échelles spatiales autour d’une nouvelle démarche inductive, inspirée de l’anthropologie, et désirant saisir le vécu des acteurs, leurs stratégies et leurs univers de justification. Après une période d’éclipse au profit d’approches culturalistes, des orientations de recherche qui reposent sur la variation des échelles, comme l’histoire connectée ou l’histoire globale, semblent être de nouveau au cœur des préoccupations, notamment en lien avec le thème de la mondialisation et la remise en cause des cadres spatiaux et idéologiques de référence.

En sociologie, la notion d’échelle est principalement convoquée pour expliquer les différences d’approche des phénomènes sociaux. Les chercheurs cherchent néanmoins à dépasser l’opposition polémique entre le holisme bourdieusien et l’individualisme boudonnien par la mise à jour des jeux d’échelles implicites à ces deux positions. C’est aussi la réflexion adoptée par des travaux récents autour des échelles de contexte qui, associées au passé incorporé, permettent de comprendre les pratiques observées.

L’échelle est donc omniprésente, des réflexions sur les échelles de l’architecte aux échelles du lien social et de l’identité, elle irrigue une large part du champ des sciences humaines et sociales. Au regard de ce foisonnement, la journée d’étude souhaite insister sur les aspects concrets des changements d’échelles en sciences humaines et sociales, particulièrement dans les méthodes d’analyse documentaire, dans la pratique du terrain et dans le rapport à l’écriture du chercheur.

Par-delà les questions de l’interdisciplinarité et de l’évolution épistémologique des jeux d’échelles, les réflexions sur l’interscalarité poussent à s’interroger sur les configurations de son application et les questions qu’elle peut poser au chercheur dans son travail quotidien. La question des opportunités du changement d’échelles dans le document, sur le terrain de recherche et dans les méthodes d’analyse est essentielle. Les chercheurs sont aussi souvent conduits à réfléchir sur les rapports entre l’échelle et le document, la première pouvant être considérée comme un outil d’interprétation ou comme une donnée brute du document. Dans les études par cas ou d’échelle micro-locale, la question de la montée en généralité et de ses modalités, notamment dans l’écriture, reste cruciale, quelle que soit la discipline. L’essor du recours aux systèmes d’information géographique interroge sur les usages de l’échelle comme démarche heuristique et non plus seulement descriptive ou explicative. La journée d’étude porte principalement sur l’interscalarité dans l’atelier du chercheur, en insistant sur l’utilisation des jeux d’échelles dans les études de cas. Ouvert à tout chercheur en sciences humaines et sociales, il a pour but de partager des méthodes et des expériences de diverses disciplines,
sur des terrains d’étude variés.

Programme de la journée :

« Peut-être aussi y a-t-il une raison plus trouble, plus difficile à éclaircir. Quand un homme s’est trouvé une fois vraiment “mêlé” à certains actes trop grands pour lui et qui le dépassent, la conviction qu’une part de lui est demeurée méconnue, puisque de telles choses en sont nées – qu’il peut y avoir sacrilège à séparer ce que l’événement a uni. Ne pensez-vous pas, monsieur l’Observateur, qu’il y a des hommes qui appartiennent à certains actes, d’un accès particulièrement difficile et incompréhensible, parce qu’on a retiré “l’échelle”, parce qu’il n’y a plus d’échelle pour passer d’eux à lui ».

Julien Gracq, Le rivage des Syrtes, Paris, Corti, 1951.

9H45 – Accueil des participants

10H-12H – Première session : L’actualité disciplinaire des jeux d’échelles

  • Nicolas Verdier, Directeur d’études à l’EHESS : « La poste aux lettres 1700-2010, variations autour de l’échelle ».
  • Olivier Milhaud, Maître de conférences en géographie, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : « Un géographe face aux jeux d’échelles : automatismes et questionnements ».
  • Pascal Ughetto, Professeur des universités en sociologie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée : « Souplesse théorique exigée pour pratiquer les jeux d’échelle : la sociologie du travail et ses évolutions ».


12H-13H30 – Pause déjeuner : Buffet offert par le laboratoire ACP

13H30-15H – Deuxième session : Les échelles de la ville

  • Isabelle Rabault-Mazières, Maître de conférences en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Analyser le changement en histoire urbaine grâce aux jeux d’échelle : les lotissements de villégiature autour de Paris au XIXème siècle ».
  • Damien Petermann, Doctorant en géographie, Université Jean Moulin Lyon 3: « L’utilisation d’un système d’information géographique pour étudier l’image de Lyon dans les guides de voyage : du local au transnational ».
  • Julien Aimé, Doctorant en sociologie, Université de Lorraine : « Les échelles spatio-temporelles de la ville en train de se faire ».


15H-15H30 – Pause

15H30-16H30 – Troisième session : Les échelles du politique

  • Clément Weiss, Doctorant en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, « Guerre sociale ou rencontres contingentes ? À quelle(s) échelle(s) lire la violence de rue dans le Paris thermidorien (1794-1795) ? ».
  • Axel Barenboim, Doctorant en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre : « Six jours qui ébranlèrent le monde ? Saisir l’internationalisme anarchiste au congrès de Londres en 1881 ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search